Prendre soin de soi…nous savons tous à quel point c’est important, mais qu’est-ce que ces quelques mots veulent dire aujourd’hui dans cette ère de performance?

On est bombardé d’articles sur le bien être, à savoir l’importance de pratiquer des activités physiques, de manger santé, de diminuer les irritants de toutes sortes, apprendre à respirer, à méditer et à cultiver le bonheur.

Toute cette affluence d’information nous talonne de messages qui peuvent autant être motivants qu’aliénants. Si un de ces articles nous donne envie de bouger plus, de mieux manger ou de consulter un spécialiste, je ne peux qu’applaudir l’accessibilité à de tels propos.

Mais lorsque l’information offerte de façon bienveillante se transforme en véritable fusillade mentale, on est en droit de se poser des questions.

Est-ce vraiment que prendre soin de soi que de remplir son horaire d’activité pour relaxer? Est-ce vraiment prendre soin de soi que de s’obliger à une ligne de conduite rigide pour ingurgiter de « bonnes choses »? Est-ce vraiment prendre soin de soi que de mettre de côté toutes pensées négatives parce que l’on doit apprendre à porter son attention sur le positif?

Il arrive que les solutions que nous trouvions à nos problèmes deviennent nos nouveaux problèmes et prendre soin de soi n’y échappe pas. La ligne est mince entre les deux.

Quel est ce moment où s’occuper de soi devient nuisible? 

Une réponse unique n’existe pas en ce domaine, elle ne peut que se trouver qu’à l’intérieur de nous. Notre corps a cette intelligence que l’on oublie beaucoup trop souvent. Il sait. Souvent mieux que nous, mais nous ne l’écoutons plus.

Nous préférons écouter cette voix qui nous lance des « tu devrais » et des « il faut que » en omettant d’écouter celle qui nous dit « je t’aime comme ça, aujourd’hui. Tu n’as pas besoin de rien t’imposer pour être aimé ».

Nous restons donc dans cette quête du bonheur et du mieux être en ne comprenant pas pourquoi la pression demeure alors que nous faisons « tout » pour y remédier. Or, ce « tout » peut aussi avoir un énorme poids!

Sous cet angle, prendre soin de soi ne ressemble pas systématiquement à ce qu’on retrouve dans les livres. On peut très bien être inactif ou manger mal et prendre soin de soi parce que ne pas ajouter au poids de la perfection est parfois ce qu’il y a de mieux à faire pour ne pas s’oublier.

Nous avons le droit de ne rien faire, de faire des choses de travers ou qui semble même nous nuire. La légèreté vient parfois de nos contradictions!

En fait, peu importe ce que nous faisons, que ce soi la « bonne » ou la « mauvaise » chose, y glisser avec les yeux et le coeur ouverts est peut-être la meilleure façon de prendre soin de soi, dans toutes nos facettes et notre complexité.

Oser plonger au centre de ce que nous souhaitons réellement en refusant d’ajouter au poids de la perfection. Aller là où la vie est plus légère. S’accueillir dans son ombre et sa lumière avec bienveillance, en se donnant la permission de faire n’importe quoi, de ne pas suivre de règle.

Voilà ce que je nous souhaite.

Une réaction

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s