J’ai souvent entendu que pour exceller dans un domaine, il fallait s’y dévouer. Peut-être plus encore pour un domaine artistique ou sportif. Qu’il fallait y plonger corps et âme, en manger, en respirer, en boire. En faire une passion.

On le sait, se distinguer dans son domaine demande plus que du talent, il demande aussi du travail. Beaucoup de travail. Ce n’est peut-être pas pour rien que nous avons cette conception qu’il est essentiel de se consacrer à un métier, parce qu’il faut y mettre le temps et l’effort pour arriver à un résultat.

L’éparpillement est mal vu. J’ai souvent entendu des adultes raisonner des enfants qui rêvaient « trop » grand en répondant 4-5 métiers à la fameuse question qu’est-ce que tu aimerais faire plus tard. 

« Mais non! Tu ne pourras pas devenir astronaute, jardinier et chanteur. Qu’est-ce que tu aimerais le plus entre les trois mon chéri? »

Quelle déception de se voir si jeune couper les ailes par notre raison bien-aimée. On croit peut-être que de cette façon nous pourrons éviter erreurs et déceptions à ces petits êtres en construction?

Derrière ces bonnes intentions, on peut distinguer la croyance que pour réussir, il faut absolument concentrer ses efforts à un seul endroit. Que nous avons UNE voie. Normal de voir d’un mauvais oeil ceux qui « se cherchent », qui semblent ne pas pouvoir se décider, qui ont besoin d’une pause d’études ou qui étudient plusieurs domaines à la fois.

Il y a forcément un problème à ne pas savoir, n’est-ce pas?

Et que dire de toutes ces personnes qui changent de branche parce que finalement, ce n’est pas ce qu’ils voulaient véritablement? Il est très difficile d’admettre que quelque chose ne nous convient plus ou pas, que nous avons fait « fausse route ». On en parle peu.

La pression de rester dans une seule avenue devient alors source de difficultés et de souffrances. Pourquoi la vie devrait être autant compartimenté? Pour quelles raisons n’existerait-il qu’un seul chemin?

Lorsqu’on laisse libre cours à son imagination, à son essence, les coups de cœur sont souvent multiples! Une seule voie ne suffit peut-être pas. Je me demande ce qui nous amène à restreindre nos intérêts dans un seul domaine.

L’envie d’être un bon spécialiste? Pour devenir plus performant peut-être?

On aime les spécialistes parce que ce sont des personnes qui ont tout lu, tout vu, qui connaissent et possède tout sur leur sujet. Ils deviennent d’une certaine façon plus crédibles à nos yeux. Peut-être sommes-nous plus crédibles à nos propres yeux également?

Faire le choix d’être un généraliste, un expérimentateur, un explorateur est pourtant un choix plus que valable. Il y a tellement d’avantages à être multiple. Je le vis tous les jours, jonglant d’une activité à une autre.

Néanmoins, j’aurais bien aimé être une spécialiste. Je me demande parfois si flirter avec ma flûte et mon piccolo au lieu de me concentrer sur un seul instrument m’a fait rater ma véritable vocation…Comment savoir? Et que dire de l’ajout de la PNL et du coaching dans tout ça.  Un joyeux bordel, je vous l’accorde!

Aujourd’hui, je serais bien embêté de choisir. Pour moi, tous ces univers se combinent et s’enrichissent l’un et l’autre. Il en va de même pour toutes les activités et passions de passage qui viennent teinter ces deux disciplines.

Que ce soit la danse, la peinture, le tai-chi, la poésie, l’écriture, la créativité dans son ensemble, la réparation d’instrument, la philosophie, la négociation, l’écologie, les sciences, les mathématiques, l’astronomie…chaque « trempette » me permet d’apporter une touche particulière à ce que je décide d’entreprendre. Une couleur personnelle à mes projets.

J’ai décidé que ce n’était pas une maladie d’aimer plusieurs choses en même temps. Que c’était même naturel et normal. Du moins, pour moi ce l’est! J’ai plusieurs métiers, j’aime explorer plusieurs chemins.

Loin de me diviser, cela me permet de rester entière. 

Je vois mon chemin immense, large, englobant. Ce n’est pas des sentiers que j’emprunte lorsque je fais de la musique et du coaching dans la même journée, mais bien un seul.

Explorer une multitude de voies pour faire entendre sa voix. Visiter plusieurs routes et n’en créer qu’un seul.

Au final, il n’existe qu’un seul chemin. Le nôtre.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s