J’ai appris à ne pas trop me croire.

Il m’est arrivé tellement de fois de réaliser que ce que je croyais sur moi était faux que maintenant je doute. Heureusement, ces découvertes se sont généralement faites en une boucle vertueuse et non à l’intérieur d’un cercle vicieux.

Parce que ça peut aller dans un sens comme de l’autre. Combien de personnes ont cru en eux, en leurs capacités, en leur qualité d’être et qui en sont venus à croire tout le contraire suite à une série de rencontres et d’événements?

« Tu vois, je te l’avais dit que tu n’y arriverais jamais » « Ce n’est pas ta place, aussi bien faire autre chose » « T’aurais dû t’y attendre » et ce n’est quelques exemples plutôt doux qui poussent quelqu’un à perdre son estime d’elle.

Jumelés à de nombreuses déceptions et échecs, ont oublis qu’un jour tout nous semblait possible. Ne restent plus que ces souvenirs douloureux qui créent de l’ombre sur la route qu’il reste à faire.

Toutes nouvelles rencontres et expériences semblent devenir les révélateurs de ces croyances coupeur d’ailes rendant ces événements autoprophétiques. Une véritable spirale qui aspire vers le fond.

Puis il y a des rencontres et des événements qui nous révèlent, nous éveille. C’est le cercle vertueux qui aspire vers le haut. Parce que s’il est possible de couler avec ce que nous croyons, il est également possible d’être propulsé.

J’ai eu beaucoup d’opinions sur moi qui ont changé avec le temps, d’autres qui continue de me suivre, même petites, telle une ombre sous le soleil plombant de midi.

Ça va de croire que je n’ai pas de technique à l’instrument ou que la flûte c’est beaucoup plus difficile que le piccolo et que j’en joue moins bien jusqu’à croire que je n’arrive pas à prendre de décision, que je suis pourrie en anglais, que c’est difficile d’oser, que je n’ai pas tant de drive que ça ou bien que je suis paresseuse.

Et si on continue à chercher, c’est sans fin! Nous avons des croyances pour tout, mais ce n’est pas toutes qui sont utiles ou aidantes. Surtout, elles ne sont pas permanentes.

Toutes ces croyances, auxquelles je croyais dur comme fer, je ne les ai plus parce que la vie m’a prouvé autre chose. Elles ont été remplacées pour certaines ou bien elles continuent de se modifier pour d’autres. Parfois c’est lent et d’autres fois ça change drôlement rapidement.

Des moments chargés qui transforment en quelques instants un paquet de ces croyances qui se retrouvent alors désuètes.

Une certitude s’installe, un canal s’ouvre, l’avenir s’illumine, le passé s’apaise.

Il devient plus facile de croire en nos rêves ou en nous. On se voit d’un nouvel oeil: je peux, c’est possible, je le mérite, j’y suis peut-être déjà!

C’est comme si on reprenait notre place dans l’univers, nous donnant la possibilité de briller. Une lumière qui part de l’intérieur pour rejaillir tout au tour, donnant la permission aux autres d’en faire autant.

Oui, j’ai pris l’habitude de ne pas trop me croire. Particulièrement tout ce qui me limite. Parce que rien ne dur vraiment, parce que rien n’est tout à fait vrai ou faux.

Je préfère m’observer, me découvrir, m’épanouir, me permettre.

Croire me garde les pieds sur terre. Moi je préfère voler.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s