J’ai plusieurs personnages en moi, plusieurs facettes qui forment ma personnalité.

J’ai la contemplative qui aime écouter et voir la beauté autour d’elle. J’ai la maman qui est très présente à la maison vu mes deux jeunes enfants. J’ai la créative, toujours prête à trouver une façon de résoudre un problème. Il y a aussi la médiatrice qui adore trouver des compromis et rallier les visions des uns et des autres.

Aujourd’hui, j’aimerais rendre hommage à la guerrière qui est en moi. Bien que plusieurs personnes ne me connaissent pas de cette façon, je vous assure que je porte en moi une guerrière féroce. C’est grâce à cette battante que j’arrive avec confiance à (presque) tous mes concerts.

C’est elle qui me donne l’énergie de me battre pour mes droits (j’ai négocié quatre ententes collectives dans les 8 dernières années. Elle n’y est surement pas étrangère!). C’est également elle qui me sort de la déprime lorsque les choses ne tournent pas comme je voudrais.

C’est également cette guerrière qui voit loin et qui a de l’ambition. C’est un moteur, une grande force d’action. Bref, c’est une partie fondamentale de mon identité.

J’y pense, c’est probablement grâce à elle si je me plais autant au poste de piccolo à l’OM. C’était un instrument militaire autrefois, non? Tout indiqué pour une guerrière. Bref, je l’adore. Mais voilà qu’elle n’a pas respecté toutes les règles.

Voyez-vous, ma guerrière n’est pas du tout subtile. Lorsqu’elle souhaite partir en guerre, on la voit immédiatement dans mon visage. Pas besoin d’un geste ni d’un son, elle est là, prête à prendre toute la place. Un des « problèmes » avec elle, c’est qu’elle aime sauver les gens et qu’elle a horreur de l’injustice et du non-respect d’autrui.

Voilà que ce sont des choses que je me suis mise à observer après quelques années dans un ensemble dont je terrai le nom. Je vous garantis qu’elle n’a pas mis 2 secondes à se pointer le bout du nez!

Je l’aime tellement cette guerrière que je n’ai pas prit la peine de vérifier si sa présence était bel et bien souhaitée. À vouloir trop sauver les autres, on peut oublier de se protéger et recevoir soi-même les coups; c’est ce qui s’est passé cette semaine. J’ai perdu ce contrat, je ne jouerai plus avec cet ensemble.

Je peux comprendre; ce n’est pas toujours évident de travailler avec des guerriers! Heureusement, ce n’est pas ce personnage qui domine lorsque je fais de la musique. Il n’est jamais évident de se faire dire « au revoir », mais j’en retiens un apprentissage précieux.  La vigilance est de mise et je devrai être plus à l’écoute des différents personnages qui veulent prendre la scène de mon quotidien.

Patience chère guerrière. À vouloir toujours combattre, il ne reste plus d’énergie pour les batailles qui valent vraiment la peine d’être menées. Je sais maintenant que tu seras plus sage. Rien ne sert d’attaquer s’il n’y a pas d’ennemie! Je vous encourage vous aussi à prendre soin de vos guerriers et je terminerai avec ceci :

Nous nous rendons compte que la limite est franchie seulement en la traversant.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s