Minuit passé. Mardi est déjà installé que je n’ai pas terminé mon lundi.

Mes yeux sont fermés, mais tout mon corps reste réveillé. Je sent mon cœur battre obstinément dans ma poitrine.

« Je suis en vie. »

Silence dans la maison. Musique dans mes oreilles. Les mélodies du réquiem de Fauré ont toujours eu ce pouvoir de me permettre de glisser en douceur dans les bras de morphée, mais pas cette nuit.

Que faire?

Toujours ce mot: faire.

C’est le refrain dans plusieurs chaumières depuis le mois de mars. Avec ce virus qui nous menace dès que nous pointons notre nez dehors, ces mots reviennent comme une litanie.

Que faire?

Si peu de contrôle en ce moment. On n’y peut pas grand-chose. On ne sait plus de quoi sera fait demain, alors on se concentre sur ce qu’on peut…ce que l’on cuisinera pour dîner, puis pour souper. Et demain? Puis c’est la planification des courses et la planification de liste d’épicerie pour maximiser notre sortie. On sort une à deux fois semaine, il faut bien en profiter, non? Party!

Et après, qu’est-ce qu’on fait?

On n’est pas pour perdre tout ce temps…et si on en profitait pour lire ou regarder une série télé? Ou bien ce film qu’on n’a pas eu le temps d’aller voir au cinéma. Puis après? Quelques messages à des amis peut-être. Puis après? Bouger un peu serait bien. On va faire une marche, on court, on bouge.

Après, qu’est-ce qu’on fait?

On fait un casse-tête, on apprend un instrument de musique ou une nouvelle langue. Pourquoi pas un peu de yoga ou de méditation pour être plus zen?

Puis après? Quoi faire de tout ce temps ?

Comme si le temps pouvait être rentabilisé, exploité. Comme s’il était possible de le perdre s’il n’était pas utilisé. Le temps n’a pourtant pas besoin de nous. Il s’écoule aisément en l’absence de notre regard, à l’abri de notre emprise. Il fil sa propre laine et j’ai bien peur que c’est nous qui nous y empêtrons à essayer de le démêler.

Quoi faire de tout ce temps?

Chaque début d’année, je crée un collage pour laisser cette partie de moi qui sait sans savoir exprimer sa sagesse. Un mot accompagne généralement l’oeuvre, m’aidant à garder le cap sur mes aspirations profondes. Pour 2020, le mot (ou les mots) qui s’est imposé est « retour aux sources ».

Case départ. Retour à l’origine, à l’essentiel.

C’est ce que cette pandémie semble vouloir me faire comprendre, nous faire comprendre peut-être. Il nous oblige à coller notre nez sur ce que nous devrions considérer comme essentiel. Et à vouloir occuper tout ce temps vide, j’ai l’impression qu’on est en train de se vider de l’intérieur.

La nuit me pose une question: qu’est-ce qui est important pour toi?

Comme cette question éclaire la noirceur de ma chambre. Le tic-tac de l’horloge ne pèse plus aussi lourd sur mes paupières. Sans même que ma tête le décide, il semble que ce qu’il y a d’important est de créer un duo cadran-clavier, une danse écran-mots. Un texte est en train de naître.

Je repense aux dernières semaines. Comment ma source m’a telle abreuvée alors que je cherchais le puits où me désaltérer?

Cuisiner un dessert pour mes enfants, me blottir dans les bras de mon amoureux de longues minutes, faire le ménage de mon appartement pour me sentir plus libre, sourire aux sons des oiseaux, rêver de mille et un projets et sentir le feu s’éveiller, manger une brioche choco-lime parce que ça goûte si bon, pleurer sans raison, pleurer pour pleins de raisons, être remplie d’espoir, ne plus croire aux jours meilleurs, manger parce que c’est ma façon de me réconforter puis que c’est important en ce moment.

Qu’est-ce qui est important pour moi?

L’argent est source d’anxiété. La santé est un souci. L’avenir est incertain. Le travail est inexistant.

Qu’est-ce que je vais faire?

Il n’y a rien à faire. Tout à vivre. 

Une réaction

  1. Ce texte est très beau Caroline. Il nous ramène à la source de vie…Être tout simplement et vivre l’instant présent en lâchant prise devant l’impuissance . Merci d’avoir partagé ta réflexion et ton vécu . Il m’a fait du bien.Merci!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s